Retour sur une journée mouvementée et un week-end intense…

SHARE:

FavoriteLoadingEnregistrer cette recette dans mes favoris

LadyMilonguera, votre mission, si vous l’acceptez…

… sera de confectionner les mignardises du café gourmand et les desserts de mariage de votre frère… le tout pour 90 à 100 personnes !!!

Tel était le défi lancé par mon frère pour ce début du mois de juin.

Si j’ai immédiatement accepté ma mission lorsqu’il me l’a proposée il y a quelques mois de ça, je dois reconnaitre que les 10 derniers jours avant l’échéance fatidiques ont mis mes nerfs à rude épreuve ; les 7 ou 8 nuits précédentes ne m’ont chacune permis de me reposer que 2 à 3 heures car plus le jour J approchait et plus le doute m’envahissait quand aux quantités à réaliser et surtout à manipuler. C’est réellement pendant cette semaine que j’ai pris toute la mesure du challenge à relever !

Heureusement pour moi, sans y avoir trop réfléchi, j’avais tout de même eu la présence d’esprit de demander à ma mère de m’aider dans cette tâche en lui confiant la réalisation de quelques charlottes ; pour ma part, je conservais la responsabilité de 3 versions de mignardises et de 2 sortes de desserts restants. J’avais opté pour la tarte au chocolat de Yann Couvreur, déjà réalisée lors d’un précédent Noël, et pour une nouveauté : des macarons géants framboises/citron vert, le tout en 4 à 5 exemplaires de chaque.

J’ai choisi les mignardises de manières à ce qu’elles soient aussi diversifiées possibles, tant dans les saveurs que dans la texture. J’ai donc opté pour les bouchées choco-caramel, les canistrellis au citron et à l’anis et à mes mini-muffins à la fraise et au basilic.

Si j’ai pu réaliser les bouchées et les canistrellis quelques jours à l’avance chez moi, les muffins ont été réalisés seulement le jeudi afin de leur garantir un maximum de fraîcheur et de moelleux le jour J.

Pour les desserts, la propriétaire du restaurant qui assurait la confection et le service du repas a eu la gentillesse de nous prêter, à ma mère et à moi, ses cuisines. Assistées de mon papa – et oui, chez nous, la cuisine est une histoire de famille – nous nous sommes donc présentés aux portes de son établissement la veille du grand jour.

Pour m’avancer, j’avais réalisé, 2 jours avant, les pâtons de pâte sablée au chocolat ainsi que la crème aux citrons verts prévue pour fourrer les macarons géants.

Une fois les cuisines investies par les amateurs que nous sommes, j’ai confié à mon papa l’étalement et la cuisson des fonds de tarte sablée au chocolat pendant que je m’occupais des différentes couches de garniture.

Préparatifs du mariage au Sauget (9)Préparatifs du mariage au Sauget (5)Préparatifs du mariage au Sauget (13)Préparatifs du mariage au Sauget (6)Préparatifs du mariage au Sauget (8)

Décidée à les réaliser en 5 exemplaires, je dois reconnaitre que j’ai nettement sous-estimé le temps nécessaire à les réaliser car ces tartes nous ont pris, à mon père et à moi, une trop importante partie de la journée de sorte que je n’ai pu les terminer que vers 16h30. Pendant ce temps, ma mère était occupée à la confection de ses charlottes au moka qui lui ont aussi demandé la journée.

A midi, nous avons partagé un déjeuner convivial avec l’équipe du restaurant.

Préparatifs du mariage au Sauget (10)Préparatifs du mariage au Sauget (11)

C’est donc aux alentours de 17h que j’ai pu commencé à m’atteler à la réalisation des coques des macarons, avec une pression qui avait commencé à monter quelques heures avant à cause des fours aux gaz dont je devrais maîtriser la chauffe et que je n’avais découvert que le matin, et le temps qui passait inlassablement. Il est clair que c’est avec un certain stress que je me suis attaquée à ces macarons, aidée par mon papa, toujours fidèle au poste et par mon frère qui nous avait rejoint un peu plus tôt dans l’après-midi.

Préparatifs du mariage au Sauget (2)Préparatifs du mariage au Sauget (12)

Alors que j’avais divisé la quantité de blancs d’œufs (36 au total) à monter en neige en 2 afin de nous faciliter la tâche à mon frère et à moi, j’avais confié à mon père la tâche de faire un sirop – j’avais en effet opté pour la technique de la meringue italienne.

Occupée à monter les blancs en neige, je ne me suis donc pas préoccupée du sirop que mon père devait surveiller avec l’aide d’un thermomètre à sucre. Or, à quelques degrés à peine de la température recherchée, le sirop s’est soudainement mis à cristalliser…. il était déjà 17h30…

En dépit de mes tentatives pour dissoudre les cristaux, ceux-ci se reformaient systématiquement et, craignant que mes œufs en neige ne retombent trop à cause de l’attente, j’ai finalement tenté d’utiliser ce sirop foireux. Evidemment, il a eu pour effet de les faire aussitôt retomber de sorte que j’ai du me résoudre à abandonner le “projet macaron”.

Une fois retombée l’excitation, c’est la déception qui m’envahit et le sentiment d’échec. Alors que j’essayais de réprimer mes sanglots en pensant que j’avais “râté” le dessert du mariage de mon frère, celui-ci perçut mon trouble et ma peine et su trouver les mots et les gestes justes pour me rassurer et me remonter le moral. Il est génial mon petit frère !

Parti fut alors pris de commander quelques tartes aux fruits à un pâtissier local pour remplacer les macarons et nous avons pu regagner nos pénates pour une soirée de repos bien méritée.

Le lendemain,  jour J, il restait à ma maman et moi à finaliser nos desserts : charlottes et tartes au chocolat.

Ma mère avait opté pour des décors en nougatine à apposer une fois les charlottes démoulées. Quant à moi, j’avais prévu un pochage au cacao et sucre glace. Nous nous sommes donc toute 2 éclipsées en cuisine un peu avant que les fromages ne soient servis afin de nous laisser le temps d’apporter la touche finale à nos réalisations.

IMG_4985IMG_4982IMG_4988IMG_4989

Et voilà le résultat !!!

IMG_4998IMG_4999IMG_5005IMG_5010IMG_5007IMG_5013IMG_5009

Bref, ce fut un moment riche et intense, stressant aussi, mais je suis fière et heureuse d’avoir pu faire ce cadeau de mariage à mon frère et à ma belle-sœur !!!

Copyright © 2014 “Un siphon fon fon…” by LadyMilonguera

ABOUT AUTHOR

Pour moi, la cuisine est une histoire de famille ! Chez nous, la cuisine n'est pas une corvée, c'est le moyen de se retrouver autour d'une table, de partager un moment convivial et de se faire plaisir, tout en faisant plaisir à ceux qu'on aime. C'est tout ça que je souhaite vous faire partager à travers ce blog et vous prouver que même au quotidien, la cuisine peut ne pas être une prise de tête.